Graciosa

Nature

L’Île blanche

Graciosa, classée par l’UNESCO comme Réserve de biosphère, est la deuxième plus petite île de l’archipel, et c’est aussi celle qui a le relief le moins imposant, avec plusieurs zones planes et des collines douces. Pedras Brancas, Serra Branca et Barro Branco sont des toponymes de l’île liés à la présence d’une roche volcanique, le trachyte, commun dans l’île et qui une fois altéré, oxydé par le passage du temps, acquiert une coloration blanchâtre qui justifie la désignation d’Île blanche.

Les quatre agglomérations de l’unique conseil de l’île se disposent, soit sur le littoral, soit à l’intérieur, ce qui représente une caractéristique singulière de l’occupation du territoire insulaire, qui a un profond impact sur l’humanisation du paysage.

Paysages Volcaniques

La Caldeira da Graciosa est l’élément du paysage le plus emblématique de l’île, et elle correspond à une dépression de forme elliptique aux diamètres de 1,6 et 0,8 km et de près de 270 m de profondeur. Cette dépression de collapsus est située au sommet du volcan de Caldeira, le plus petit édifice volcanique central existant aux Açores. La montée à Furna da Maria Encantada ou l’entrée par le tunnel d’accès offrent une vue panoramique de toute la dépression et de l’abondante et luxuriante végétation plantée par l’homme : cryptomères, acacias, pins et pittosporums couvrent la quasi-totalité des parois de la dépression et contrastent avec la végétation d’autres zones de l’île.

A l’intérieur de la Caldeira, se trouve une importante cavité volcanique, la Furna do Enxofre. Communiquant avec l’extérieur par deux grandes fentes, la Furna do Enxofre est une cavité en voûte parfaite, d’environ 40 m de hauteur dans sa partie centrale. On y accède par une tour construite au XIXe siècle, avec un escalier en colimaçon de 183 marches. La « cathédrale » des cavités volcaniques des Açores possède un lac d’eau froide, et une fumerolle avec des boues, responsable de l’odeur de soufre, qui justifie le nom de cette cavité et rappelle son origine volcanique.

De son côté, la Caldeirinha de Pêro Botelho est l’unique gouffre volcanique de l’île, et a environ 37 m de profondeur. Exploré pour la première fois en 1964 par l’association « Os Montanheiros », ce profond trou permet de recréer un voyage de Jules Verne au centre de la terre, mais n’est recommandé qu’à des explorateurs expérimentés, et munis de l’équipement nécessaire.

Le Pico Timão est l’un des plus grands cônes de scories de Graciosa et, de même que la Ponta Lagoa — Arrochela, il est le fruit de la dernière éruption volcanique survenue dans l’île, il y a approximativement 2.000 ans.

Bande Côtière

Le littoral rocheux et découpé de l’île est généreux en paysages uniques. Les falaises hautes et escarpées de la Serra Branca et de la Ponta da Restinga contrastent avec la côte peu élevée des baies de Vitória, de Folga et de Barra ou de Porto Afonso, et méritent une attention particulière. L’îlot de Praia, voisin de l’unique plage de l’île, tranche avec le bleu de la mer par le vert qui couvre sa surface, et a reçu la classification de Zone de protection spéciale, car il se situe sur la route de l’océanite de Monteiro, le seul oiseau de mer endémique des Açores.

Le phare de Ponta da Barca est le plus haut de tous les phares existant aux Açores et offre une vue splendide sur le bleu de l’océan Atlantique et sur un petit îlot rocheux sculpté par la force de la mer. La luminosité du coucher de soleil renforce la nature surréelle de l’îlot de la Baleia (baleine), authentique symbole de Graciosa et de tout un archipel transformé en sanctuaire de cétacés.

Saillants