Corvo vu de la mer
Corvo vu de Flores
Paysage rural de l’île
Le Caldeirão — cratère de collapsus avec un lac et de petits cônes à l’intérieur

Géographie

La plus petite île des Açores a 6,24 kilomètres de longueur et 3,99 kilomètres de largeur maxima. Sa forme ovale et allongée selon un axe Nord-Sud couvre une superficie de 17,1 km2. Elle est peuplée de 488 habitants (données de 2008). Corvo constitue avec Flores, distante de 17,9 kilomètres, le groupe occidental de l’archipel. Son point le plus élevé, à 720 m d’altitude, est situé dans la zone d’Estreitinho, à 39°41’58’’ de latitude nord et 31°06’55’’ de longitude ouest.

Histoire

Corvo a été aperçue par le navigateur Diogo de Teive en 1452, au moment de la découverte de Flores. À cause de sa dimension, le petit territoire n’éveille pas un grand intérêt de la part des colonisateurs des Açores. Son état naturel presque intact n’est brisé qu’au milieu du XVIe siècle, lorsque le capitaine-donataire Gonçalo de Sousa envoie un groupe d’esclaves, sans doute originaires du Cap-Vert, s’y consacrer à l’agriculture et à l’élevage de bétail. Aux environs de 1580, un contingent de colons venus de Flores va augmenter la population locale.

La vie de Corvo est sereine, réglée par les rythmes des travaux agricoles, de la pêche et de l’élevage, de manière à garantir la subsistance de la communauté. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, la position géographique de l’île lui permet de surmonter son isolement prévisible. En effet, Corvo se situe à la pointe qu’atteignent les armadas portugaises pour attendre les navires provenant des diverses parties de l’empire portugais et espagnol, et les accompagner en sécurité jusqu’à l’Europe continentale. L’isolement est donc ainsi brisé à la fin du XVIe siècle et durant tout le XVIIe siècle, mais souvent aussi par l’arrivée de corsaires qui mettent l’île à sac et prennent des otages. À Corvo, ils doivent affronter une vigoureuse résistance. La défaite subie en 1632 par des pirates barbaresques est fameuse. La population a recouru à des jets de pierres pour repousser l’invasion. La légende veut que les îliens aient reçu, dans cette dure et inégale bataille, l’appui de leur patronne, Nossa Senhora do Rosário, qui « déviait tous les tirs des pirates et les renvoyait, multipliés, vers les bateaux des Maures, réussissant ainsi à les mettre en déroute ». Depuis lors, la sainte est appelée Nossa Senhora dos Milagres.

La bravoure des habitants de Corvo est à nouveau démontrée en 1832, quand un groupe d’îliens se dirige à Terceira pour demander l’allègement du lourd tribut payé au donataire de l’île et à la Couronne. Le ministre du roi Dom Pedro IV, Mouzinho da Silveira, qui organisait la lutte libérale à partir d’Angra, se montre impressionné par le presque esclavage vécu par la population. Il propose l’annulation de l’impôt en espèces et la réduction de moitié du paiement en blé. La même année, la bourgade est élevée à la qualité de ville et de siège de conseil, et acquiert le nom de Vila do Corvo.

Les XVIIIe et XIXe siècles amènent les baleiniers américains sur la côte des îles du groupe occidental. Certains habitants de Corvo sont recrutés pour la chasse au cachalot et acquièrent une réputation de courageux harponneurs. En 1864, Corvo a presque 1100 habitants, mais la diminution de la population sera dès lors une constante. Entre 1900 et 1980, l’île passe de 808 à 370 habitants, cette décroissance étant due principalement à l’émigration vers les États-Unis et le Canada.

L’inauguration de l’aérodrome, en 1983, sera cruciale pour la modernisation des structures de Corvo. En 1991, l’établissement de routes aériennes régulières avec Flores, Faial et Terceira facilite la pleine intégration de l’île dans la dynamique de l’archipel. L’agriculture, centrée sur l’élevage de bovins, est l’actuelle poutre maîtresse de l’économie locale.





Furnas Top 5 des Lieux de Tourisme Volcanique du MondeAçores Top 10 des Meilleures Vacances D'Été au Monde par National Geographic TraL'Île Pico a un des 8 Meilleurs Sentiers du Monde